Environnement

Quel sont vos objectifs relatifs à l’environnement à Lancy et quelles actions avez-vous menées avec succès ?

Mes objectifs principaux sont de protéger et valoriser le patrimoine naturel de la commune qui possède en son sein de nombreux parcs et promenades, fruits de décisions politiques antérieures permettant d’offrir à la population des lieux magnifiques et à la faune et à la flore de se développer.

Nous avons créé depuis le début de la législature des évènements dédiés à la sensibilisation de la population. Il s’agit de mieux faire connaitre les enjeux de la protection de l’environnement auprès de nos habitant-e-s pour qu’ils/elles puissent mieux les appréhender et respecter la nature.

Il s’agit de la « Fête de l’abeille et du terroir » qui se déroule au début de la saison automnale et dont la première édition remonte à 2015. Cette manifestation qui en est à sa 5ème édition a pour but de présenter des produits locaux et de saison. Elle se veut conviviale et ludique avec de nombreux stands et animations pour petits et grands. L’idée est d’informer le public sur l’importance de l’abeille dans notre vie de tous les jours. Cet évènement a trouvé son public avec plus de 1000 personnes lors de la dernière édition et est devenu pérenne.

La « Faites du jardin » est venue compléter le dispositif de sensibilisation en mai 2017. L’objectif était de pouvoir proposer des plantons bio, des graines bio et de proposer des animations autour du potager communal au Parc Navazza-Oltramare aménagé au printemps 2016 sous mon impulsion.

Pour finir, un site Internet dédié à la nature à Lancy (https://nature.lancy.ch) a vu le jour dans un but informatif et de sensibilisation.

 

En janvier 2017 la commune a entamé une reconversion BIO Le Bourgeon. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur cette action ?

Après être entré en fonction en juin 2015, j’ai souhaité la création de d’un potager communal didactique au Parc Navazza-Oltramare. Le premier but était de réaliser ce potager respectant les critères du label Bio le Bourgeon.

Je souhaitais la mise en place d’animations et d’ateliers de sensibilisation pour les enfants d’écoles primaires lancéennes mais aussi pour la population. Ce potager a été ouvert au public au printemps 2016 et de nombreuses classes et des habitantes et habitants visitent le potager dont la grande majorité de la production est offerte à l’Épicerie solidaire de la commune. Ce potager a été agrémenté d’un grand hôtel à insectes, et d’un rucher pédagogique en 2018 en partenariat avec le canton et le Centre de formation professionnel technique à Lancy.

La reconversion BIO a symboliquement débuté lors de la réalisation de ce potager. Si nous étions capable de réaliser un potager respectant le cahier de charges et les critères du BIO nous pouvions aller plus loin et nous lancer sur une reconversion sur le domaine public communal. Celle-ci a débuté en janvier 2017 après des renseignements pris auprès du conservatoire et du jardin botanique de Genève et pour évaluer la faisabilité de notre action.

Cette procédure a duré deux ans et je suis fier de dire que nous sommes la première commune de Suisse à être labélisée BIO Le Bourgeon depuis janvier 2019. Le but de cette reconversion était d’en finir avec les produits phytosanitaires de synthèses dont l’impact négatif sur la faune, la flore et sur les êtres humains est largement connu.

 

Des associations et d’habitants manifestent de plus en plus leur opposition à l’abattage d’arbres. Qu’en pensez-vous ?

Depuis de nombreuses années des associations ainsi que des habitants interpellent les médias et les autorités concernant l’abattage tant sur le domaine privé que public. La problématique s’est amplifiée ces dernières années avec la densification dans certains quartiers. Ces différents développements urbanistiques ont eu pour conséquences l’abattage d’arbres.

On doit pouvoir concilier la réalisation de nouveau quartier d’habitation tout en maintenant et plantant  des arbres. Un arbre selon sa taille et son espèce peut faire partie  du patrimoine d’une commune. Nous avons d’ailleurs dans notre commune des arbres dits remarquables qu’on se doit de préserver.

Les arbres jouent de plus en plus un rôle essentiel concernant les dérèglements climatiques. Un arbre permet de maintenir un certain taux d’humidité et de fraîcheur, il nous protège des rayons du soleil, joue un rôle biologique et paysager important. Si l’on veut maintenir ou créer des îlots de fraîcheur dans les quartiers nous allons devoir protéger et planter de la végétation.

 

La Ville de Lancy peut se targuer ces dernières années d’avoir implanter de nombreux écopoints sur le territoire. Pouvez-vous nous en dire plus sur la stratégie de la commune en matière de gestion des déchets et sur l’action « petite poubelle verte » ?

La stratégie remonte à plusieurs années. Elle consiste à intégrer au sein du territoire lancéen un certain nombre d’écopoints proche des logements. Le but est de permettre de tout à chacun de se rendre à l’écopoint pour recycler et valoriser des déchets tels que le fer, l’aluminium, le papier, le carton, le PET, les déchets organiques, et le verre notamment. On peut aussi y déposer les ordures ménagères.

Ce maillage du territoire va continuer ses prochaines années. En parallèle nous allons diminuer la récupération des déchets au porte à porte afin de réduire les transports polluants et posant aussi des problèmes de sécurité.

Avec l’instauration de la petite poubelle verte, la population lancéenne a valorisé 300 tonnes de déchets de cuisine supplémentaires et à réduit parallèlement de 431 tonnes les déchets urbains incinérables. Cet effort de tri de la part des Lancéennes et des Lancéens a permis d’atteindre un poids moyen de déchets incinérés de 187 kg par habitant et un taux de recyclage de 50,1 % ce qui est remarquable. J’ai pris la décision d’offrir gratuitement dès l’introduction de la petite poubelle verte des sachets biodégradables à la population pour accompagner le changement. Ces sachets sont toujours disponibles gratuitement au bâtiment administratif de la Mairie (BAM) ainsi qu’à l’entrepôt du service de l’environnement.

 

Quelles autres actions avez-vous entrepris pour réduire et recycler les déchets ?

La Ville de Lancy continue en partenariat avec des associations locales à sensibiliser les enfants des écoles primaires sur la valorisation des déchets.

Depuis 2017 de jeunes « ambassadeurs voirie » recrutés via la structure d’insertion professionnelle Contact Emploi Jeunes, parcourent le territoire communal avec un vélo-remorque électrique pour collecter les déchets auprès des personnes âgées isolées, malades ou à mobilité réduites.

La même année nous avons pris la décision de recycler les déchets provenant de l’entretien des chaussées. Après plusieurs mois de test, les résultats sont probants : 60 % de ces déchets ont pu être valorisés. À travers ce projet, nous poursuivons un double objectif: réduire nos frais d’incinération aux Cheneviers et aider le canton à atteindre un taux de recyclage de 50%».

Le service de l’environnement a aussi imposé à tout organisateur de manifestations à Lancy de trier ses déchets et d’utiliser de la vaisselle compostable. Cet été nous avons utilisé de la vaisselle réutilisable à disposition gratuitement des habitant-e-s lors de la fête nationale et ce test grandeur nature c’est révélé concluant et sera généralisé pour les grandes manifestations communales.

Les entreprises lancéennes dont les déchets urbains sont quantifiables ont l’obligation depuis 2017 de réaliser un contrat avec un prestataire ou directement avec la commune. Pour les autres entreprises dont les déchets sont difficilement quantifiables, elles sont soumises à une taxe forfaitaire annuelle.

Dernièrement, nous avons installé en collaboration avec l’un de nos prestataires de service une jardinière odorantes et fleuries dans un écopoint de la commune. Cette action vise à réduire les incivilité et améliore l’esthétisme des écopoints.

Ces dernières années, la Ville de Lancy s’est fait connaître comme étant innovante du point de vue de la gestion des déchets et l’objectif est de continuer dans cette voie.

 

La commune de Lancy a sur son territoire de nombreux lieux de rencontre. Dans les parcs, les promenades, et les espaces de jeux pour enfants notamment. Est-ce encore un enjeu ? 

C’est vrai que la commune dénombre sur son territoire de nombreux parcs et promenades ce qui fait la richesse de Lancy. Avec l’augmentation de la population, ces lieux de rencontres, de loisirs, de délassement deviennent essentiels. D’ailleurs, nous constatons une utilisation accrue de ces espaces ces dernières années, c’est une des raisons qui m’a poussé à proposer plus de lieux aménagés comme notamment des espaces de grillades.

Les espaces de jeux pour enfants, les potagers urbains, les parcs, les promenades, les espaces naturels, les lieux où l’on peut jouer à la pétanque ou faire des grillades sont à mes yeux des espaces de rencontres et de convivialité permettant une mixité sociale.

%d blogueurs aiment cette page :